La phytothérapie ? C’est une méthode qui consiste à soigner des maux, à partir de plantes médicinales : que ce soit des extraits de plantes ou des principes actifs naturels. Son efficacité est prouvée depuis l’Antiquité. Avec l’avancée scientifique, elle se présente aujourd’hui sous plusieurs formes : tisanes, gélules, extrait, huiles et patchs.

               Si l’on se réfère à l’étymologie, ce mot est l’ensemble de deux thermes, qui signifie « thérapie par les plantes ». Cette médecine permet de rééquilibrer son métabolisme face à des maladies complexes, chroniques et répétitives. Le tout est donc de trouver la plante dont les bienfaits conviennent parfaitement à la situation.

homeopathie-sante

Le safran, une épice à multiples bienfaits

               Les vertus du Safran ont été reconnues depuis l’Antiquité. De ce temps, il était déjà un remède à tous les maux. Et même si ce n’est pas un médicament universel il n’en reste pas moins une solution tout à fait naturelle, pour plusieurs problèmes de santé de nos jours.

               En orient, cette épice était fréquemment utilisée pour la lutte contre la dépression. Il avait la réputation de donner de la sagesse et de la joie. De par ce fait, on lui attribuer également des qualités aphrodisiaques féminines.

               Au Maroc, il fait encore partie de toutes les recettes de grand-mères pour calmer la douleur des nourrissons à l’arrivée de leurs premières dents, pour détruire les micro-organismes ou les bactéries. En France, on le retrouvera dans la recette du sirop DELABARRE. Lorsque j’étais encore adolescente, ma grand-mère me donnait aussi du lait au safran pour calmer mes règles douloureuses.

               Cette épice connait aussi beaucoup d’éloges vis-à-vis du traitement de plusieurs affections. D’ailleurs, le safran est un végétal très riche en riboflavine, ou vitamine B2. Elle contient en même de temps de l’huile essentielle, du safranal et des crocétines.

               Pendant ce temps, ces pigments agissent comme stimulant digestif (avec une dose comprise entre 0,5 et 1 g par litre d’eau), le safranal a aussi une activité sédative. En général, le safran possède donc des effets sur le système nerveux : non seulement il est analgésique, mais il est aussi tonique.

               Dans la médecine traditionnelle, cette plante est également utilisée comme stomatique. Tandis que la médecine chinoise s’en sert pour calmer les crampes et l’asthme.

               Il a également de nombreuses vertus sur les maladies du cœur et des vaisseaux sanguins. Par ailleurs, il aide dans l’abaissement de la pression artérielle et la stimulation de la respiration.

               Toutefois, vous devez faire très attention, car le safran peut être très dangereux si vous le consommez à forte dose, soit plus de 10 g.

Manger du miel pour être en bonne santé

               Le miel est un délice pour nos tartines. Mais il ne se conjugue pas seulement avec petit-déjeuner, car le miel a aussi beaucoup de bienfaits sur notre santé. Depuis toujours, il est donc au centre de toutes les attentions, surtout ceux des scientifiques.

               Le miel est en effet un antibactérien très puissant. De plus, il a aussi une forte action cicatrisante. Grâce à ces deux vertus, il est donc très utile dans les traitements de plaies, où les germes se prolifèrent. Même les bactéries résistantes ne peuvent pas échapper à sa puissance. Le miel est extrêmement présent dans nos hôpitaux. Cela vous étonne ? J’admets qu’au début, cela m’a aussi fait cet effet. Le plus surprenant est ces bienfaits sur les patients atteints de cancer.

               Mais faites attention, car il ne s’agit bien évidemment pas du miel que l’on met sur nos tartines. Il est question ici d’un miel médical qui est produit avec des conditions spéciales et sous contrôle médical. Surtout, n’essayez pas de badigeonner vos plaies avec du miel, à la maison.

               Selon les dernières recherches, le miel semble également limiter la multiplication des cellules cancéreuses. Mais pour le moment, cette étude est encore au stade théorique. Des chercheurs ont mis en contact quelques cellules cancéreuses avec le miel et ont trouvé que leur multiplication ralentissait.

               Pour les gourmets, sachez que le miel est aussi un aliment santé. Riche en antioxydants et moins néfaste que le sucre, il ne peut qu’apporter du bien sur notre santé. Spécialement ceux qui sont bio. Tout de même, évitez de le manger en trop grande quantité, car il peut apporter beaucoup de calories.

curcuma

Le curcuma, plus qu’une épice

               La toute première fois que j’ai essayé de préparer du curry, je ne vous cache pas, le résultat était loin d’être mangeable. Heureusement, depuis j’ai pu améliorer mes compétences culinaires. Et lorsque je refais ce plat, on me dit souvent que l’utilisation d’épice est mauvaise pour la santé. Si vous le pensez aussi, vous avez tort.

               En effet, le principal ingrédient de ce fameux plat est le curry, celui qui donne cette culière jaune orange est un excellent ingrédient pour notre santé. Nous parlons ici du curcuma, une racine qui se produit principalement en Inde.

               C’est donc tout à fait normal s’il se trouve au centre de plusieurs études phytotérapeutiques.  Surtout la curcumine, qui est un de ses composants. Selon les recherches, il pourrait contribuer grandement à la prévention de certains types de cancers.

               Cette molécule aide à lutter contre le stress oxydatif qui est le premier responsable de l’altération des cellules. Mais elle aide aussi dans la lutte contre l’inflammation, qui peut entrainer des dysfonctionnements immunitaires et métaboliques.

               Le curcuma est donc rempli de ressources. Parmi eux, la lutte contre le diabète. Suite à une étude faite sur les animaux, le curcuma sera un excellent moyen pour retarder l’apparition et la progression des caractères due au diabète.

               En mangeant du curry, nous avons aussi cet éveil de sens inexpliqué. Il se trouve en fait que la curcumine apporte beaucoup de bien à la capacité intellectuelle. Elle fait même un remède de premier ordre pour les personnes ayant l’Alzheimer.